GOLFE DE GASCOGNE, CAP AU 215

Cap au 215 après avoir viré au large de l’archipel des Glénan.

Nous avions une fenêtre météo favorable à un « dégolfage » avec des vents de force 5 – sud-est.

Les premières nuits sont agitées en vent et en mal de mer pour l’équipage. Nous avions pris un scopoderme (patch que l’on met derrière l’oreille contre le mal de mer).

A bord, la vie s’organise rapidement car tout est planifié quotidiennement.
Chaque jour, nous sommes de quart (à la barre) 2 heures toutes les 6 heures.
De plus, nous avons un rôle qui change tous les jours :

– Navigateur pour faire le point, la route, prendre la météo.

– Cuisinier pour faire des bons petits plats par n’importe quel temps, le pain.

– Fée du logis, nettoyer le bateau et faire la vaisselle.

– RTT: dormir, dormir et lire !

Nous dormons beaucoup car le rythme tue les notions de jour et de nuit. La traîne est vide de poisson.

Ce qui est impressionnant, c’est la houle (entre 5 et 6 mètres).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s