Para – Alter do Chao – Quelle trouille !

Notre guide nous avait invités chez lui pour la journée et la nuit. Il habite dans une cabane au milieu d’une forêt qui lui appartient (137 hectares), sans eau ni électricité. Il n’y a pas de nourriture, car cela attire les fourmis !
Sa cabane se résume à un lit et des photos des athlètes qu’il sponsorise avec ses huiles, et d’autres de ses courses d’aventure.

De la route, il faut marcher 15 minutes dans la forêt, sachant que le soir les reptiles viennent sur le chemin.

Il nous avait dit de rester chez lui et qu’il avait réservé un taxi pour nous emmener prendre l’avion à 6 heures du matin, le 4 février. Dès 17 heures, J-P a commencé à dérailler.

A 20 heures, il est parti pour soi-disant nous chercher à manger, car il n’y avait rien du tout. Nous lui avons bien demandé de nous confirmer le taxi. Tout était O.K. ! Il nous a dit que l’on pouvait dormir sous la paillote. Les tarentules qui sont logées sous le toit ne sont pas méchantes !

A 22 heures, personne… excepté les tarentules qui descendent le long de la charpente.

A minuit, nous installons le hamac sur le ponton en bois, allumons les bougies pour garder à distance ces petites bêtes. A 4 h 30, après avoir dormi d’un œil, le taxi n’est toujours pas là. A 6 heures non plus et l’on voit notre avion décoller au loin.  On finit par prendre nos affaires et décider de traverser la forêt. Au moment où l’on arrive sur la route, le bus passe.
Qui descend du bus avec son vélo ? Notre J-P.  Il s’arrête et se retourne vers nous. Il nous raconte sa vie et nous dit que la perte financière que nous avons eue en ratant notre avion n’est rien au regard de la déforestation que subit le Brésil.

On finira par prendre un autre avion.  Grâce à Franck Amadio, le Marseillais de Belém, on a pu se faire rembourser une bonne partie du billet d’avion.

Avant de prendre notre avion pour Rio, nous sommes allés rendre visite à Franck. On s’est lâchés : filet de canard au poivre vert, profiteroles, caipirinha… Nous avons passé notre soirée en compagnie de marchands de bois. Un Russe habitant à Nantes, un Alsacien habitant en Martinique et à Belém… Hôtel Massilia à Belém, des rencontres uniques ! Merci à toi, Franck.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s