Altiplano – Après le désert, les lamas

C’est reparti pour 285 km de piste à plus de 4 700 m. Tiens, un chinchilla, un lapin du désert. Plus loin, le long de la Laguna Ramaditas, on aperçoit des flamants et une carcasse d’oiseau. Un zorro (renard) est passé par là.

Au fur et à mesure, la végétation change. C’est la fin du désert et le début de l’altiplano. On aperçoit le dernier volcan (le Vigonais, plus de 6 000 m et encore en activité). Ca y est, nous sommes sur l’ancienne route andine qu’empruntaient les Espagnols pour transporter le minerai depuis Potosi jusqu’à la mer, du temps où la Bolivie avait encore une ouverture sur la mer.

Nous arrivons à Copacabana Altiplano, le premier village situé à 3 900 m. Il vit grâce aux lamas et à « l’agriculture ». Ici, il pleut 2 fois par an. Tiens un nandou, une autruche bolivienne ! On s’arrête dans un village traversé par une voie de chemin de fer avec les anciennes cuves à eau datant de 1912, que l’on peut voir dans les westerns, servant aux trains à vapeur.
Le temps s’est arrêté, dans ce village, en 1934.

Aujourd’hui, survivent encore 4 familles au milieu de nulle part. La misère est présente et le village abandonné à 90 %. Seul un train de marchandises s’arrête 1 fois par semaine. Nous sommes dans un autre monde.
Nous, on arrive avec le 4×4, les appareils photos (qu’une vie ne suffira peut-être jamais à pouvoir se payer un appareil photo !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s